Collège Willy Ronis

Champigny sur Marne

Collège Willy Ronis de Champigny sur Marnerss-journal

Adresse: 19 rue de Musselburgh - 94500 - Champigny-sur-Marne                                                    

Téléphone: 01 47 06 42 54

Ce.0941015T@ac-creteil.fr

RNE: 0941015T

Principale: Mme De Sousa          Adjoint: Mme Gaspari          Gestionnaire: Mme Durand

 

Analyse littéraire

Envoyer Imprimer

Comment procéder pour une analyse littéraire

         L'objectif de l'analyse de texte est double : il permet de mieux comprendre un texte afin de mieux apprécier le sens et il permet de rendre compte, par écrit, de la compréhension du texte d'une façon cohérente.
         L'expression "analyse littéraire" désigne en fait deux réalités :
• Elle désigne d'abord l'acte de "lire méthodiquement" un texte, de saisir tout ce qu'il nous révèle. Autrement dit, analyser un texte, ce n'est pas dire en d'autres mots ce que dit un texte (paraphrase), mais c'est découvrir comment l'auteur exprime sa pensée, ses sentiments à travers les moyens que lui offre le langage. Nous nous intéresserons donc non seulement au contenu du texte, mais à la manière de l'exprimer. Dans l'analyse littéraire, la forme est indissociable du fond.
• Elle désigne aussi la manière dont nous allons rendre compte de la lecture du texte ; c'est en somme la synthèse de notre tâche. Si l'analyse du texte littéraire se fait d'une façon assez linéaire, l'analyse littéraire propose un ordre de bilan, qui se fait autour de quelques centres d'intérêts comme :
— des thèmes (la façon originale de les traiter, leur transfiguration, etc.),
— un sentiment (son évocation...),
— une tonalité (lyrique, pathétique, tragique...),
— un caractère (concret, pittoresque...),
— un ton (invocation, confidence, burlesque, humour...),
— un rythme (vie, dynamisme...),
— une structure (opposition, parallélisme, répétition, alternance),
— un mode d'expression (le conte, le chant, le dialogue théâtral...).
        Analyser des textes littéraires appartenant aux courants littéraires et en rendre compte dans un texte cohérent et correct présuppose d'abord la reconnaissance du texte littéraire
.
          Lire un texte littéraire est un acte complexe qui se fonde sur un va–et–vient entre l'identification de structures, d'éléments formels et l'attribution d'une signification correspondante, à la lumière du sens global du texte.
1. Dans une œuvre littéraire, l'écrivain communique sa vision du monde
. La réalité qu'il choisit est perçue à travers ses émotions et ses réactions. C'est cet ensemble d'impressions qui confère à l'œuvre son unité et sa cohérence et en détermine l'atmosphère générale. La fonction expressive du langage est une fonction importante dans l'écrit littéraire.
2. Le texte littéraire a aussi un pouvoir d'évocation
. Tout le contenu du message n'est pas explicitement formulé. Le sens est présent dans une succession de mots, un rythme de phrases, une sonorité. De plus, certaines œuvres portent en elles toute une symbolique.
3. L'œuvre littéraire est un produit du travail sur la forme
. Le langage y est non seulement un moyen pour communiquer, comme dans le cas des textes fonctionnels, mais une fin. La forme devient sens au même titre que le fond. L'écrivain valorise la forme en inventant des métaphores, en produisant des alliances inusitées de mots, en renouvelant les images, pour mieux découvrir le monde sous un autre jour. En conséquence, la fonction poétique demeure la fonction dominante dans le texte littéraire. L'œuvre littéraire, comme texte culturel, est reconnue par la société non seulement pour des fins didactiques, mais aussi pour des fins esthétiques.
4. Le texte littéraire est non univoque
. Par sa richesse sous tous les plans, il se prête à de nombreuses interprétations. C'est en ce sens que l'on parle de plus en plus du caractère polysémique du texte littéraire.
5. Enfin, l'œuvre littéraire est aussi marquée d'une certaine intemporalité
. Bien qu'elle soit le produit et le miroir d'une époque, elle renferme des valeurs universelles qui la sauvent de l'usure du temps. On relit les œuvres littéraires anciennes non uniquement pour leurs qualités esthétiques, mais aussi parce que leurs thèmes n'ont pas vieilli. L'amour, la mort, la religion, la misère humaine, l'angoisse existentielle, les relations interpersonnelles sont des thèmes universels et de tous les temps. La lecture des textes littéraires exige une compétence littéraire. Celle–ci est une sensibilité à l'art acquise par la fréquentation des œuvres marquées d'une préoccupation esthétique. Cette sensibilité permet de percevoir toute la force des sentiments, la résonance des mots et le symbolisme des images, bref, de rendre tout l'aspect proprement artistique d'une œuvre. Dans la communication littéraire, le code est double; on a devant soi un
code sémantique et un code esthétique
. Le code sémantique correspond au code de la langue, alors que le code esthétique vise une communication se situant à un niveau artistique, où la forme et le fond se fondent.
           La spécificité de la communication littéraire est justement d'engendrer ses propres codes esthétiques et de transmettre ainsi une expérience individuelle, unique. Le problème de l'écrivain est de permettre à un langage, constamment menacé par le cliché et le banal, de dire le nouveau, l'exceptionnel.
            En conclusion, plus on s'éloigne du texte littéraire pour se rapprocher des écrits fonctionnels (textes non littéraires), plus diminue la part d'évocation et plus la problématique de l'analyse de texte est centrée autour de l'efficacité de la transmission d'une information. Ces deux types de textes exigeront donc des attitudes et des compétences différentes de la part du lecteur. En somme, le texte fonctionnel se distingue du littéraire par les traits suivants:
— il est plus dénotatif que connotatif,
— il renvoie à une réalité plus ou moins objectivée,
— il a pour but principal de communiquer une information,
— il donne lieu généralement à une seule interprétation,
— il se formule parfois dans un "langage codifié",
— il a une utilité immédiate et souvent éphémère et,
— il est plus ou moins didactique.
On peut donc diviser les connaissances littéraires en plusieurs catégories :
1. Des connaissances portant sur l'histoire et les courants littéraires :
• histoire des idées, histoire de l'art
• l'art romanesque, théâtrale, poétique et l'argumentation...
2. Des connaissances portant sur les procédés d'analyse:
• les procédés lexicaux (champs lexical et sémantique, connotation affective etsocioculturelle, les registres de langue...)
• les procédés rhétoriques
• les procédés musicaux
• les procédés grammaticaux
• la tonalité du texte
3. Des connaissances méthodologiques :
• la démarche d'analyse littéraire: inventorier, catégoriser, organiser, rédiger;
• les parties de l'analyse littéraire: introduction - développement - conclusion - protocole;
• l'utilisation du dictionnaire et de la grammaire, au besoin

DOCUMENT D'AIDE: 

 

XVIème siècle

L’HUMANISME

XVIème siècle

LA PLEIADE

XVIIème siècle

LE BAROQUE

XVIIème siècle

LE CLASSICISME

XVIIIème siècle

LES LUMIERES

Histoire littéraire

LES MOUVEMENTS LITTERAIRES

 

Un mouvement littéraire et culturel rassemble des artistes unis autour d’une recherche commune. Un mouvement se reconnaît à la présence de thèmes récurrents chez les différents artistes. On trouve ces thèmes communs dans des œuvres devenues emlématiques du mouvement.

Mouvement littéraire qui redécouvre les grands textes de l’Antiquité et place l’homme au centre de l’art et de la pensée

Courant poétique formé de sept poètes. Nom emprunté à une constellation de sept étoiles

Conception artistique née dès la fin du XVIème siècle. Le mot vient du portugais barroco «perle irrégulière»

Idéal esthétique et humain représenté par les écrivains de la seconde moitié du XVIIe: Les «Classiques»

Ce mouvement d’idées s’exprime depuis la fin du XVIIème siècle mais prend toute son ampleur avec l’entreprise de l’Encyclopédie

DATES

1530-1600

1550-1560

1610-1660

1660-1680

1751-1772

CARACTERISTIQUES

connaissance du grec et du latin, curiosité, esprit critique, confiance dans les pouvoirs de l’esprit humain

renouvellement de la poésie française, volonté de rivaliser avec la poésie grecque et latine, admiration pour l’Antiquité et pour l’Italie (en particulier Pétrarque), poète serviteur de la Beauté

goût pour ce qui est éphémère et pour le bizarre, importance de l’illusion, de la métamorphose, du désordre, du chaos

imitation des Anciens, l’écrivain se fait moraliste, dépassement de l’individu pour atteindre un Homme éternel, un Beau idéal, une vérité universelle, désir de plaire

développement des connaissances, émancipation de la pensée, foi dans le progrès, primauté de la pensée rationnelle (observation, expérience, esprit d’examen) appliquée aux sciences mais aussi aux autres domaines (religion, politique, société)

THEMES

l’éducation, passion pour les découvertes récentes (médecine, astronomie), bonheur, organisation politique, opposition à l’obéissance aux vérités révélées qu’exige la religion

le lyrisme, la fuite du temps, le sentiment amoureux, la mythologie

l’instabilité, l’apparence, l’illusion, les motifs de l’eau, la fumée, le miroir, le mouvement

séparation des genres, respect des règles (les trois unités, vraisemblance, bienséances), équilibre et  mesure, simplicité et naturel dans le style

critique des préjugés, lutte contre le fanatisme et la superstition, refus de la métaphysique et des dogmes religieux, tolérance et liberté, recherche du bonheur

GENRES CONCERNES

récit, essai

poésie

poésie, roman, théâtre

théâtre, poésie, roman

essai, roman, théâtre

FORMES ET PROCEDES

l’ironie

le sonnet et l’ode, allégorie, métaphore, travail sur le rythme et la musicalité

le théâtre dans le théâtre, métaphores, antithèses

comédie et tragédie classiques, fable, éloquence religieuse, essai, lettre

essais, contes philosophiques, romans, articles de dictionnaire, discours, pamphlets, l’ironie

AUTEURS REPRESENTATIFS

(chef de file en gras)

Rabelais, Montaigne

Du Bellay, Ronsard

Saint-Amant, Théophile de Viau, Corneille (les comédies), Cyrano de Bergerac

Boileau, Molière, Racine, La Fontaine, Bossuet

Voltaire, Montesquieu, Rousseau, Diderot

 

 

XIXème siècle

LE ROMANTISME

XIXème siècle

LE PARNASSE

XIXème siècle

LE REALISME

XIXème siècle

LE NATURALISME

XIXème siècle

LE SYMBOLISME

Histoire littéraire

LES MOUVEMENTS LITTERAIRES

 

Un mouvement littéraire et culturel rassemble des artistes unis autour d’une recherche commune. Un mouvement se reconnaît à la présence de thèmes récurrents chez les différents artistes. On trouve ces thèmes communs dans des œuvres devenues emlématiques du mouvement.

Mouvement littéraire et artistique en rupture avec les règles, le goût et le Beau classiques.

Courant en réaction contre le romantisme et qui s’attache à «l’art pour l’art»

Courant artistique en réaction contre l’idéalisme et le lyrisme du romantisme

Mouvement né de l’influence des sciences, de la médecine expérimentale et des débuts de la psychiatrie

École poétique née dans le prolongement de la poésie de Baudelaire. En réaction contre le naturalisme

DATES

1820-1850

1850-1860

1830-1870

1865-1890

1885-1900

CARACTERISTIQUES

importance de la sensibilité, nostalgie, mélancolie, mal de vivre (le mal du siècle), valorisation de l’individu (le moi)

refus des épanchements romantiques considérés comme excessifs, goût pour la poésie descriptive aux lignes pures, à la plastique impeccable, parfaite, la seule raison d’être des oeuvres est la beauté («l’art pour l’art»)

reproduction le plus fidèle possible de la réalité / le romancier, comparable au savant, applique les méthodes des sciences de l’observation et de la philosophie positiviste

renforce certains caractères du réalisme, le romancier vérifie expérimentalement dans ses romans le rôle des déterminismes sociaux et biologiques sur l’individu et le groupe

subjectivité de la connaissance, suggérer plutôt que nommer, décrire ou raconter.

THEMES

le sentiment amoureux, le moi souffrant, la nature, le mal de vivre

la nature est traitée comme une peinture, recherche des harmonies de couleurs, inspiration puisée dans l’archéologie et l’Antiquité

influence du milieu sur l’individu / compréhension des mœurs d’une époque, d’un milieu grâce au contexte historique, politique et social / la vie en ville, la vie en province / misères sociales et ascension sociale

rôle du physiologique, étude des tares psychiques et physiques, l’hérédité et le milieu, le monde du travail, les paysages urbains, la machine et la Révolution industrielle

importance accordée aux sensations, mythologie, légendes médiévales, textes bibliques, correspondances entre les sensations

GENRES CONCERNES

poésie, roman, théâtre

poésie

roman

roman et nouvelle

poésie

FORMES ET PROCEDES

registre lyrique, première personne du singulier, métaphores, allégories, mélange des genres au théâtre (le drame romantique)

sonnets, ballades, rondeaux, recherche du mot ou de l’expression juste pour essayer d’atteindre la perfection

Souci d’objectivité, 3ème personne, intrigues tirées de faits divers, descriptions, documentation, sociolecte, recherche du fait “vrai”

cycle romanesque couvrant plusieurs générations, description du milieu, vocabulaire technique ou spécifique, langage parlé ou populaire, métaphores et grossissement épique.

poèmes en prose, vers libre, symboles, vers impair et recherche de la musicalité

AUTEURS REPRESENTATIFS

(chef de file en gras)

Chateaubriand, Lamartine, Musset, Hugo

Leconte de Lisle, Théophile Gautier, Hérédia

Stendhal, Balzac, Flaubert

Zola, Maupassant, Daudet

Verlaine, Rimbaud, Mallarmé

 

 

XXème siècle

LE SURREALISME

XXème siècle

L’ABSURDE

XXème siècle

LE NOUVEAU ROMAN

XXème siècle

L’OULIPO

XXème siècle

LE SURREALISME

Histoire littéraire

LES MOUVEMENTS LITTERAIRES

(Page 2/2)

Mouvement artistique né au lendemain de la 1re guerre mondiale dans le prolongement d’Apollinaire et de Dada

Au départ, notion philosophique issue de l’existentialisme ; elle s’illustre dans diverses œuvres

Nom d’un ensemble d’œuvres romanesques marquées par la déconstruction du roman traditionnel. (paraissent aux Éditions de Minuit)

L’Ouvroir de Littérature Potentielle regroupe des auteurs qui choisissent de se donner des contraintes d’écriture à respecter

Mouvement artistique né au lendemain de la 1re guerre mondiale dans le prolongement d’Apollinaire et de Dada

DATES

1924-1969

1938-1960

1950-1980

1960 à nos jours

1924-1969

CARACTERISTIQUES

expression de l’inconscient, rôle du hasard et des associations fortuites dans la création artistique, refus des catégories esthétiques traditionnelles, l’art comme instrument de libération et de révolution

expression de l’absurdité de la condition humaine, de l’«étrangeté» de l’homme. Pour le théâtre de l’absurde aussi appelé Nouveau Théâtre : rupture avec le théâtre traditionnel, refus du théâtre réaliste et psychologique; mise en question de l’intrigue, distanciation

refus du roman psychologique, remise en question et abandon du personnage, refus du déroulement chronologique

exploration des potentialités infinies de la littérature, l’écriture comme jeu, se fixer des contraintes d’écriture pour atteindre une liberté infinie, se lancer des défis pour écrire

expression de l’inconscient, rôle du hasard et des associations fortuites dans la création artistique, refus des catégories esthétiques traditionnelles, l’art comme instrument de libération et de révolution

THEMES

l’amour fou et la femme, la révolte, la magie des villes et les rencontres insolites, l’inconscient, le rêve, l’imagination

solitude de l’homme, silence du monde, l’attente, des plongées dans l’inconscient, insignifiance ou prolifération du langage

les romans ont pour sujet « l’aventure de l’écriture », nouveaux procédés de narration, de construction, absence d’intrigue, discontinuité du récit

importance de la forme, du style, réflexion sur la multiplicité des expressions possibles pour un seul et même message

l’amour fou et la femme, la révolte, la magie des villes et les rencontres insolites, l’inconscient, le rêve, l’imagination

GENRES CONCERNES

tous

roman, théâtre

roman

roman, essai, poésie

tous

FORMES ET PROCEDES

poèmes, écriture automatique, jeux surréalistes, collages, calligrammes, association d’idées, d’images, de métaphores étonnantes

refus des structures traditionnelles (actes, scènes), monologues, non-sens, répétitions, incohérences, importance des didascalies, rôle envahissant des objets

précision minutieuse des descriptions, descriptions objectives, monologue intérieur

jeux de mots, monovocalisme, exercices de style, sonnet, le lipogramme, palindrome, etc.

poèmes, écriture automatique, jeux surréalistes, collages, calligrammes, association d’idées, d’images, de métaphores étonnantes

AUTEURS REPRESENTATIFS

Breton, Eluard, Aragon, Desnos

Sartre, Camus, Beckett, Ionesco

Robbe-Grillet, Butor, Nathalie Sarraute, Claude Simon

Queneau, Perec, Calvino

Breton, Eluard, Aragon, Desnos

 

Registres

Emotions

Thèmes

Procédés

Genres

LE REGISTRE COMIQUE : Le comique peut naître d’une situation, d’un comportement, d’un caractère, de paroles ou de gestes. Le rire vient d’une rupture dans l’ordre habituel des choses. Quand il s’agit d’un rire moqueur, grinçant, on parle de registre satirique.

Le rire, le sourire, l’amusement

Les défauts d’un personnage, la vie quotidienne…

Répétitions, quiproquos, propos décalés, actions ou paroles qui semblent illogiques, jeux de mots (calembours, néologismes amusants)…

Comédie, théâtre de l’absurde, farce, etc.

LE REGISTRE TRAGIQUE : Un être (souvent un personnage d’exception) est confronté à des forces qui le dépassent (la divinité, la mort, une passion amoureuse). Il se conduit avec héroïsme face à une situation sans issue.

Dans la tragédie : la terreur et la pitié

La catharsis (purgation des passions)

La fatalité, le destin, la culpabilité, la mort, la puissance des passions, l’amour impossible, le désespoir, les dilemmes, la menace, le châtiment

Champ lexical de la mort et de la fatalité, niveau de langue soutenu, interrogations, antithèses

Tragédie, roman, tragi-comédie

LE REGISTRE PATHETIQUE : On reconnaît le registre pathétique à la présence du pathos (« la souffrance, la passion » en grec). Il naît de l’évocation de souffrances poignantes.

Une forte émotion, commisération, compassion

La mort, la maladie, la tristesse, la souffrance, les larmes, l’injustice de certaines situations, les victimes innocentes…

Champ lexical de la souffrance, du malheur, de la tristesse et du chagrin, apostrophes, imprécations, supplications, lamentations

Roman, poésie, théâtre

LE REGISTRE LYRIQUE : Dans la mythologie, la « lyre » est l’instrument d’Orphée, le poète qui descendit chercher sa fiancée Eurydice aux Enfers. Quand il la perdit une seconde fois, son chagrin fut tel que ses plaintes firent pleurer les pierres. Ce registre est donc celui avec lequel le poète exprime ses états d’âme (regret, tristesse, joie…). Pour l’expression de la plainte, on parle de registre élégiaque.

Le lecteur partage les sentiments ressentis par l’auteur.

Le souvenir, la fuite du temps, la nostalgie, le goût de la nature, l’enthousiasme, le sentiment amoureux

Marques de la première personne, lexique des émotions et des sentiments, interjections, ponctuation forte

Poésie lyrique surtout

LE REGISTRE POLEMIQUE : Il manifeste la colère de celui qui combat des personnes, des idées, des institutions : polemos signifie « la guerre » en grec.

La colère, la révolte

La colère, l’indignation, l’opposition à quelqu’un, à une décision, à une politique

Lexique dépréciatif, exagération, sarcasmes, indignation, apostrophe, appel aux valeurs

Littérature d’idées

LE REGISTRE EPIQUE : Il correspond à l’affrontement d’un homme ou d’un groupe entraîné dans un défi exceptionnel.

L’étonnement, l’effroi, l’admiration

Les foules, les combats, les batailles, la mythologie, les monstres, la mort, la survie

Lexique du combat, procédés de l’amplification (hyperboles, symboles, antithèses, accumulations, superlatifs), comparaisons et métaphores, personnifications et allégories

Epopée, théâtre, roman

LE REGISTRE FANTASTIQUE : Il se caractérise par l’apparition d’un phénomène inquiétant, irrationnel ou surnaturel dans l’univers quotidien des personnages.

La peur, l’inquiétude, le doute

Le doute, l’irrationnel, les métamorphoses, la nuit, clairs-obscurs, l’étrange, mystère

Lexique du doute, de l’inquiétude et de la peur, interrogations et exclamations, images inattendues, jeux sur les connotations et l’implicite

Roman et nouvelle surtout

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Fournitures scolaires

Cartable en ligne

Infos

Vendredi 6 juillet : vacances !!!


Pour les mots de passe oubliés contactez le webmaster (section @).

Livre d'or

Vous êtes ici Disciplines Pôle artistique EPI-CCA Analyse littéraire