Collège Willy Ronis

Champigny sur Marne

Collège Willy Ronis de Champigny sur Marnerss-journal

Adresse: 19 rue de Musselburgh - 94500 - Champigny-sur-Marne                                                    

Téléphone: 01 47 06 42 54

Ce.0941015T@ac-creteil.fr

RNE: 0941015T

Principale: Mme Portier          Adjoint: Mme Gaspari          Gestionnaire: Mme Durand

 

Analyse d'œuvre fixe

Envoyer Imprimer

Analyse d'une œuvre fixe :

Tableau, photo, installation, sculpture...


Introduction
Auteur et titre de l’œuvre
Date(s) de réalisation de l’œuvre et localisation actuelle
Dimensions
Technique et médias employés
Epoque, style, mouvement : néo-classicisme, art déco, cubisme…
Réinscription dans son contexte historique : époques, roi, guerres…
Genre et fonction de l’œuvre : portrait, nature morte, peinture d’histoire… diptyque, retable, usage personnel, religieux, décoratif…

Présentation de l’œuvre
Mise en scène générale
Cadrage, composition
Point de vue offert au spectateur
Étagement des plans : 1er plan, 2e plan… arrière plan.
Conclusion partielle : quelles conséquences et significations ; interprétation

Analyse des composants plastiques
Couleurs : couleurs pures, contrastes colorés ou de valeur, couleurs primaires…
Lumières : source lumineuse visible ou non, qualité : lumière chaude, froide…
Matières : aspect de la touche, ajouts de matériaux…
Conclusion partielle : quelles conséquences et significations ; interprétation

Étude des figures
Rapports entretenus par les figures centrales
Rapport des figures à l’espace
Rôle des autres figures
Conclusion partielle : quelles conséquences et significations ; interprétation

Conclusion
Bilan de ce qui a été montré en 2 phrases et dépassement de ce qui a été observé : effet sur le spectateur, intention de l’artiste et ouverture sur la question de l'Etat, du pouvoir, de la mémoire.


Vocabulaire pour l'analyse d’une œuvre fixe

L’analyse d’œuvre consiste à décrire des éléments pour les comprendre et pour les interpréter afin d’accéder au sens de l’œuvre. Une œuvre n’est pas seulement belle ou déplaisante, drôle ou triste. Elle est porteuse d’un sens plus vaste et plus complexe.

Nature du document :

Le document présenté est généralement une reproduction sous forme de cartes postales, d’affiche, de photographie, de projection diapositive ou vidéographique.

Nature de l’œuvre

*La nature de l’œuvre bidimensionnelle dépend des médias et de la technique :

Technique :

Peinture :

Dessin :

Gravure :

Technique mixte:

Film :

Vidéo :

Photographie :

Médias correspondants :

Peinture à l’huile, gouache, tempera (peinture à l’œuf)…

Mine graphite, sanguine, fusain, carré conté, pastel, crayons de couleur…

Lithographie, eau-forte, aquatinte, pointe seiche

Mélange de différentes techniques et médias

Super 8, 16 mm, 35 mm

Analogique (VHS, Hi8, V8) , numérique

Sténopé, daguerréotype, autochrome, argentique, numérique…

Supports possibles : bois, toile, papier, métal…  utilisé en panneau simple, diptyque, triptyque ou série et pouvant être parfois ouvragé ou sculpté comme pour les retables — tableau d’autel.

*La sculpture est dénommée selon sa technique, mais elle dépend surtout des matériaux :

Technique :

En taille directe :

Par moulage :

Par assemblage :

Médias correspondants :

sur bois, sur pierre, sur marbre

en plâtre, en bronze

en acier, en aluminium…

*Les installations ou les œuvres de land art — créées dans la nature — sont constituées de matériaux souvent variés où l’espace prend une place considérable lors de l’analyse des œuvres.

Type ou catégorie d’œuvre :

Une œuvre est dite figurative lorsqu’elle représente la réalité, abstraite lorsqu’elle quitte la représentation du sensible ou conceptuelle lorsqu’elle s’attache à une démarche.

Les différents genres picturaux : sujet des œuvres

Genres majeurs :

Peinture d’histoire, portrait et

scènes religieuses

Autres genres:

Portraits, peinture de genre, nature morte, peinture de paysage, marines, enluminure, caricature…

Cadre :

Le cadre est l'espace dans lequel l’image est vue et donc limitée. Dans la civilisation occidentale, et plus exactement depuis la Renaissance et Alberti, ce cadre est pensé comme une fenêtre par laquelle le monde et plus précisément l'Histoire est donné à voir. Ce cadre est donc majoritairement rectangulaire, horizontal ou vertical. Le cadre horizontal est considéré comme synonyme de calme, d’espace ouvert et naturel. C'est pourquoi il est aussi appelé format paysage, alors que le cadre vertical se situe plutôt du côté de la proximité et de l'action, il est fréquemment employé pour mettre en valeur des personnages puisque son orientation rappelle celle de l'homme debout. Aussi, il est souvent appelé format portrait.

Composition de l’œuvre :

La composition désigne la disposition des éléments suivant des lois strictes : nombre d’or, perspective et axes de construction. Elle se repère grâce à de grandes lignes qui structurent un tableau et qui permettent l'organisation des figures entre elles. Une composition pyramidale ou triangulaire permet de créer une élévation, un rapport à Dieu, une base solide, pointer un élément essentiel de la peinture ou un axe de symétrie — elle est souvent utilisée dans les peintures d'histoires. Une composition symétrique, aussi qualifiée de statique, met en relation deux parties créant : opposition, ressemblance ou perfection géométrique. Une composition dynamique suivra une oblique. Elle possède une énergie qui se déploie dans un sens particulier, elle trace une trajectoire, elle ouvre vers une signification.

L'organisation spatiale et temporelle :

L'axe vertical découpe l'image en deux parties, la partie de gauche étant souvent associée au présent ou à un passé proche et la partie de droite à un futur proche, il s'agit aussi de partager l'image en deux parties qui peuvent s'opposer (bien et mal, paradis et enfer), de mettre en valeur ce qui est au centre en organisant ce qui l'entoure de manière symétrique donc équivalente (Saints autour de Dieu)

Les diagonales sont utilisées pour rendre compte d’un mouvement possible. Souvent le rapprochement est exprimé grâce à la diagonale partant du coin supérieur droit et allant vers le coin inférieur gauche et l'éloignement par celle partant du coin inférieur gauche et allant vers le coin supérieur droit. Il se crée une tension entre le premier et l’arrière plan.

L'axe horizontal sépare l'image entre terre et ciel mais aussi entre une zone de matérialité et une zone de spiritualité, un espace physique et tangible et un espace plus aérien et plus immatériel. Les symboliques culturelles sont très actives.

L'organisation esthétique :

L'image peut être divisée selon quatre lignes appelées lignes de force, situées chacune environ au tiers de l'image — proche du nombre d'or — les intersections de ces lignes sont les points de force. Le cadrage consiste à placer des éléments clefs de l’image sur ces points .

L'étagement des plans :

Les plans sont des surfaces imaginaires perpendiculaires au regard et parallèle au plan du tableau. Le premier plan est celui qui est le plus proche du spectateur, l’arrière plan est le plus éloigné, il correspond généralement au ciel. Les éléments représentés sur une même ligne imaginaire, parallèle au bas du tableau, sont considérés comme étant sur le même plan. L’étagement des plans permet de renforcer l’impression de profondeur.

Cadrage ou échelle des plans

Du plan général au très gros plan, le cadrage des sujets est déterminé par rapport à une échelle des plans. Cette échelle purement descriptive, permet de se donner un référent commun pour parler d'une même image. Elle a été établie en prenant pour référence l'échelle humaine.

Plan général  : vision générale d’un ensemble d’éléments, souvent un paysage, une pièce.L’espace montré est vaste.
Plan d'ensemble : présence d’un ou des personnages dans un environnement.
Plan moyen : vision d’un ou des personnages en pied. Cadrage relativement sérré.
Plan américain : présentation du personnage principal coupé entre le genou et la taille.
Plan rapproché : le personnage principal est coupé entre la taille et la poitrine.
Gros plan : cadrage du visage, d’une partie du corps, d’un objet vu dans son intégrité.
Très gros plan  ou Insert : vision d’un détail du visage ou d’une sélection de tout autre élément.

Le plan général et plan d'ensemble ont une valeur descriptive, les plans moyen, américain et rapproché ont une valeur narrative, et les gros et très gros plans ont une valeur " psychologique ".

Point de vue

Le point de vue désigne l’emplacement d’où l’artiste dépeint la scène qu’il regarde. Il désigne aussi l’endroit d’où le spectateur observe la scène ou une œuvre ou, par extension, le lieu d’où est effectuée une photo ou un film. Le point de vue peut être frontal, latéral, aérien…

Angle de prise de vue

La position de l'appareil de prise de vue par rapport au sujet est également inductrice de sens.
Une prise de vue normale, à hauteur d’homme sera synonyme d'objectivité — équivalente au regard du spectateur.
En plongée — lorsque l'appareil est placé au-dessus du sujet —, le sujet sera écrasé alors qu'il prendra plus d'importance
En contre-plongée — lorsque l’appareil est placé en dessous.

La lumière, la couleur, le noir et blanc

Une prise de vue en noir et blanc traduit un choix esthétique ou une volonté de situer l'action dans le passé ou dans une intemporalité. En couleur, un éclairage solaire crée une sensation de naturel alors qu'un éclairage artificiel avoué théâtraliserait la scène. De même, un traitement pastel des couleurs nuance une image qui serait dynamisée par un contraste important ou une grande vivacité des teintes — une forte saturation.

Cadre/Hors-cadre ou Parergon

L'espace de l'image est donné à voir dans ce cadre. L'espace autour de ce cadre est appelé hors-cadre et il participe à la construction de sens de l'image. Ce hors-cadre peut être de plusieurs types :
_ Le support même de l'image (type de papier, support d'affichage, ...)
_ Le texte accompagnant l'image (légende, commentaires, article, ...)
_ Une autre image qui associée à la première en modifie le sens

Champ et Hors-Champ

Le champ est l'espace du " réel " choisi par le cadreur. L'espace environnant mais non-vu dans l'image est appelé hors-champ. Cet espace, que divers indices peuvent nous aider à construire mentalement (regard, son, ...), se mêle à l'image vue pour produire du sens.


Les flous

Un sujet rendu flou par une vitesse d'obturation lente donne la sensation d'être en mouvement. Cette opération est appelée un flou de filé. Si le sujet reste net et que le fond de l'image est flou à cause de son mouvement, il s’agit d’un flou de contre filé. Le flou de profondeur de champ permettent de détacher le sujet de son environnement : la mise au point n’est effective que sur le sujet, le reste étant flou. Si au contraire, tout l'espace photographié est net, on inclut le sujet dans son espace : la mise au point est équivalente sur tous les éléments de la photographie.

La focalisation

Plusieurs cas de figure se présentent. Soit l'image apparaît comme vue par le regard d'un personnage (focalisation interne) ; on utilise à cette fin certains effets de caméra (angle de prises de vue mais aussi flous, cachés, tremblant signifiant la peur, déplacements rapides de l'appareil pendant la course d'un personnage,...) ou certains raccords (raccord par le regard par exemple). Soit l'image n'est pas ancrée dans le regard d'un personnage (focalisation zéro). Dans ce dernier cas, ou bien on montre la scène en faisant " oublier " la caméra, ou bien la caméra emprunte le point de vue d'un narrateur qui intervient en tant que tel ; on utilise alors divers procédés : plongée, contre-plongée, décadrage qui soulignent la présence d'une caméra et d'une mise en scène.

La matière et le geste

L’histoire des matériaux est décisive : le marbre est noble, la gouache ne l’est pas. Le geste qui s’imprime dans la matière n’est pas anodin ; il représente l’écriture de l’artiste.

L’occupation de l’espace

L’occupation de l’espace est essentielle : accrochée au mur, posée au sol, mise en série, réalisée dans la nature, l’œuvre prend un sens différent parce qu’elle s’inscrit autrement par rapport au corps du spectateur et qu’elle le touche à différents moments de son existence.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Fournitures scolaires

Cartable en ligne

Infos

Vendredi 12 octobre: remise des bulletins mi-trimestre


Pour les mots de passe oubliés contactez le webmaster (section @).

Livre d'or

Vous êtes ici Disciplines Pôle artistique EPI-CCA Analyse d'œuvre fixe