Bouger et voir l’art

Votre agenda culturel

De nombreux musées et centre d’arts sont gratuits pour les moins de 26 ans!

SORTEZ en famille ou entre amis!! C’est l’occasion de faire une activité et d’avoir de nouveaux sujets de discussions… Vous avez le droit de rire, de vous moquer des oeuvres, de vous mettre en colère, de rêver…

A Champigny : https://champigny94.fr/tous-vos-loisirs/culture/arts-visuels

Expositions à voir, dans l’ordre où elles finissent:

JUILLET

SARAH MOON

Le Musée d’Art Moderne de Paris présente l’exposition « PasséPrésent » autour de l’œuvre de Sarah Moon. Reconnue comme une grande photographe de mode, active en France et à l’étranger depuis la fin des années soixante, ses réalisations débordent pourtant ce seul domaine, et l’exposition souhaite faire découvrir la singularité de son travail, tant photographique que cinématographique, oscillant entre reflets et transparence, mirages et obscurité.

Jusqu’au 4 juillet // Musée Art Moderne de la Ville de Paris (4e) // 9-12€ , gratuit pour les moins de 18 ans // +d’infos

 

TOGETH’HER

Une carte blanche est donnée à 26 artistes contemporains internationaux, femmes et hommes, pour imaginer et réaliser une « Une » de Madame Figaro, à l’occasion des 40 ans du magazine, en réalisant les portraits de femmes qui ont joué un rôle dans notre histoire contemporaine.

Jusqu’au 4 juillet // Monnaie de Paris (6e) // 9-14€ // +d’infos

FIGURES D’ARTISTES

La Petite Galerie du Louvre propose, pour sa 5e saison, une exposition intitulée « Figure d’artiste ». Elle accompagne le cycle d’expositions que le musée consacre en 2019-2020 aux génies de la Renaissance : Vinci, Donatello, Michel-Ange ou Altdorfer.

C’est à la Renaissance que l’artiste affirme son indépendance et cherche à quitter le statut d’artisan pour revendiquer une place particulière dans la cité. Cette invention de la figure de l’Artiste a cependant une histoire plus ancienne et complexe que l’ampleur des collections du Louvre permet de mesurer, des premières signatures d’artisans dans l’Antiquité aux autoportraits de l’époque romantique. La signature, l’autoportrait,  l’invention du genre de la biographie d’artiste servent son dessein : mettre en images les mots et accéder à la renommée accordée aux poètes  inspirés par les Muses. En France, l’Académie royale de peinture et de sculpture et le Salon, première exposition temporaire d’art contemporain, apportent, sous le regard de la critique, la reconnaissance et les commandes aux artistes avant qu’ils ne soient consacrés par leur entrée au musée. C’est ainsi que le lien ancien entre les arts visuels et les textes  a conduit à inviter, cette année, la littérature pour un dialogue fécond entre textes et images.

Jusqu’au 5 juillet // Musée Louvre (6e) // 15€ // +d’infos

 

EX AFRICA

Dans un dialogue visuel inédit mis en scène par le critique et historien d’art Philippe Dagen, « Ex Africa » tente de décrypter les relations qui unissent la scène contemporaine et les arts africains anciens depuis la fin du XXe siècle.

Jusqu’au 11 juillet // Musée du quai Branly (8e) // 7-10€, gratuit pour les moins de 26 ans // +d’infos

 

LES ORIGINES DU MONDE

Né à Nantes, formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris et ayant mené carrière des deux côtés de la Manche, Jacques Joseph Tissot, est un artiste majeur de la seconde moitié du XIXe siècle, à la fois ambigu et fascinant.
S’il est très régulièrement représenté dans les expositions dédiées à cette période, cette rétrospective est la première qui lui est consacrée à Paris depuis celle organisée au Petit Palais en 1985.

Jusqu’au 18 juillet // Musée d’Orsay (7e) // 9-12€ – Gratuit moins de 18 ans// +d’infos

 

MAGRITTE/RENOIR – Le surréalisme en plein soleil

Première exposition à montrer de façon complète un chapitre de l’œuvre de Magritte encore largement méconnu, elle permet de confronter les œuvres de Magritte à celles d’Auguste Renoir qui l’ont inspiré.
Convaincu que la défaite des troupes allemandes à Stalingrad est annonciatrice de la défaite définitive de l’Allemagne nazie et de la fin prochaine du conflit mondial, Magritte se voit en prophète du bonheur et de la paix retrouvée : « …le beau côté de la vie serait le domaine que j’explorerais. J’entends par là tout l’attirail traditionnel des choses charmantes, les femmes, les fleurs, les oiseaux, les arbres, l’atmosphère de bonheur. Etc… c’est un charme assez puissant qui remplace maintenant dans mes tableaux la poésie inquiétante que je m’étais évertué jadis à atteindre. » écrit Magritte à Paul Éluard en 1941.

Jusqu’au 19 juillet // Orangerie (1er) // 6,5-9€ , gratuit pour les moins de 26 ans // +d’infos

 

MODERNITE SUISSE

A la fin du XIXe siècle, la scène artistique en Suisse est d’une grande vitalité. Autour de la fin des années 1890, s’affirme une génération de peintres, tels que Cuno Amiet, Giovanni et Augusto Giacometti, Felix Vallotton, ou encore Ernest Bieler ou Max Buri, qui renouvellent profondément l’art de leur temps.
Formés en France, en Allemagne ou en Italie pour certains, en lien avec les avant-gardes européennes, ils explorent la puissance expressive, symbolique ou décorative de la ligne et de la couleur, tout en s’attachant à des sujets puisés dans une histoire et une culture nationale suisse en train de s’inventer, avec pour contexte l’affirmation du jeune Etat fédéral, créé en 1848.

Jusqu’au 25 juillet // Musée d’Orsay (7e) // 9-12€ – Gratuit moins de 18 ans// +d’infos

 

PEINTRES FEMMES 1780-1830

Terrain d’expression des plus grand(e)s photographes, il est sollicité aujourd’hui encore pour la richesse de ses nuances et sa radicalité. Le Grand Palais vous invite à découvrir 300 tirages emblématiques des collections de la BnF à travers ce thème qui embrasse l’histoire de la photographie du XXe siècle et explore l’esthétique d’une technique puissante et engagée.

Jusqu’au 25 juillet // Musée du Luxembourg (5e) // gratuit pour les moins de 26 ans // +d’infos

 

AOÛT

ENERGIES DESESPOIR – Un monde à réparer

Énergies Désespoirs est une exposition qui présente des mondes qui s’effondrent et d’autres qui sont reconstruits et réparés collectivement.

Fruit d’un dispositif collaboratif entre l’agence d’architecture Encore Heureux, la section de recherche en Anthropocène de l’École urbaine de Lyon et l’artiste Bonnefrite, l’exposition compose une forêt de 120 affiches peintes. Aux 60 peintures de désespoirs en noir et blanc répondent 60 peintures d’énergies en couleur, disposées dos à dos, explorant ainsi deux versants de notre planète en mouvement.

Jusqu’au 8 août 2021 // 104 (19e) // 3 entrées pour 7 € // +d’infos

 


THE POWER OF MY HANDS – Afriques: artistes femmes

Le Musée d’Art Moderne de Paris présente l’exposition « PasséPrésent » autour de l’œuvre de Sarah Moon. Reconnue comme une grande photographe de mode, active en France et à l’étranger depuis la fin des années soixante, ses réalisations débordent pourtant ce seul domaine, et l’exposition souhaite faire découvrir la singularité de son travail, tant photographique que cinématographique, oscillant entre reflets et transparence, mirages et obscurité.

Jusqu’au 22 août // Musée Art Moderne de la Ville de Paris (4e) // 9-12€ , gratuit pour les moins de 18 ans // +d’infos

 

ELLES FONT L’ABSTRACTION

L’exposition propose une relecture inédite de l’histoire de l’abstraction depuis ses origines jusqu’aux années 1980, articulant les apports spécifiques de près de cent dix « artistes femmes.

« Elles font l’abstraction » donne l’occasion de découvrir des artistes qui constituent des découvertes tant pour les spécialistes que pour le grand public. L’exposition valorise le travail de nombre d’entre elles souffrant d’un manque de visibilité et de reconnaissance au-delà des frontières de leur pays. Elle se concentre sur les parcours d’artistes, parfois injustement éclipsées de l’histoire de l’art, en revenant sur leur apport spécifique à l’histoire de l’abstraction.

Jusqu’au 23 août // Centre Pompidou (4e) // 11-14€, gratuit pour les moins de 18 ans // +d’infos

 

FRANCOIS MORELLET

Le Centre Pompidou présente dix-huit œuvres de l’artiste français François Morellet à l’occasion d’une importante dation comptant quatorze de ses œuvres. Cet apport généreux vient enrichir l’ensemble déjà présent en collection et permet de mieux rendre compte des diverses facettes de la création d’un acteur incontournable de l’histoire de l’art européen de la seconde moitié du 20e siècle. Une exposition inédite de ses installations avait déjà eu lieu en 2011.

Jusqu’au 23 août // Centre Pompidou (4e) // 11-14€, gratuit pour les moins de 18 ans // +d’infos

 

SMAÏL KANOUTE

À la fois plasticien, danseur et chorégraphe professionnel, Smaïl Kanouté présente Yasuke Kurosan, Le samouraï noir au Japon, sa nouvelle création inspirée de la vie de Yasuke Kurosan, esclave africain arrivé au pays du soleil levant à la fin du XVIe siècle qui s’est vu exceptionnellement accordé le statut de samouraï.

Jusqu’au 29 août // Maison européenne de la photographie (4e) // 4,5-8€ // +d’infos

 

SEPTEMBRE

SERPENT NOIR

Le Serpent Noir, projet inédit de Cécile Hartmann, se déploie autour de la métaphore du serpent noir : le pipeline géant Keystone qui transporte quotidiennement plus de 700 000 barils de résidus impurs, depuis les exploitations à ciel ouvert de l’Alberta, en passant par les réserves indiennes, souillant les terres et les réserves d’eau et engendrant des dégâts écologiques sans précédent. Ce pipeline, soutenu sous l’ère Trump, vient de voir la construction des derniers tronçons stoppée aux premiers jours de l’arrivée de Biden à la présidence des USA faisant souffler un vent d’espoir nouveau.

Jusqu’au 28 septembre // MABA, Nogent // Gratuit // +d’infos

 

UDERZO COMME POTION MAGIQUE

La nouvelle exposition du musée Maillol, après une première étape au LaM de Villeneuve d’Ascq, révèle l’oeuvre d’une sélection d’artistes spirites autour de trois figures principales de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle : Augustin Lesage, Victor Simon et Fleury-Joseph Crépin. Le parcours chronologique, historique et thématique présentera plus d’une centaine d’œuvres issues de collections européennes, publiques et privées.

Jusqu’au 30 septembre // Musée Maillol (6e) // 10-14,5€ // +d’infos

 

 

OCTOBRE

LES OLMEQUES ET LE CULTURES SU GOLF DU MEXIQUE

Plein phare sur la civilisation olmèque et le monde méconnu des cultures précolombiennes du golfe du Mexique. Une plongée fascinante à travers plus de trois millénaires d’histoire, d’échanges et de traditions artistiques.

Jusqu’au 3 octobre // Musée du quai Branly (8e) // 7-10€, gratuit pour les moins de 26 ans // +d’infos

 

AUGUSTIN ROUART

Répartie autour de deux grands espaces, l’exposition présente tout d’abord la « Constellation Rouart » organisée autour des arrière-grands-pères du donateur : Henri Rouart et Henry Lerolle, qui tous deux pratiquèrent la peinture et collectionnèrent passionnément les impressionnistes. Une seconde salle est consacrée à l’œuvre d’Augustin Rouart, père de l’écrivain.

Jusqu’au 10 octobre // Petit Palais (8e) // 9-11€ , gratuit pour les moins de 18 ans // +d’infos

 

ANNE IMHOF

Après avoir assiégé le pavillon allemand avec son exposition et performance Faust, récompensée par le Lion d’or à la Biennale de Venise en 2017, Anne Imhof prend possession de l’ensemble du Palais de Tokyo pour composer une oeuvre totale et polyphonique. Elle y fait fusionner l’espace et les corps, la musique et la peinture, ses oeuvres et celles de ses complices dont l’artiste plasticienne et compositrice Eliza Douglas, et de la trentaine d’artistes invités.

Jusqu’au 24 octobre // Palais de Tokyo (16e) // 9,40-12,50€ // +d’infos

 

NOVEMBRE

 

 

DECEMBRE

DESIR D’HUMANITE – Bathélémy Toguo

Carte blanche à la Fondation Dapper: l’artiste camerounais Barthélémy Toguo. Un art engagé et sensible qui explore les dysfonctionnements du monde actuel pour mieux les dénoncer en puisant, entre autres, dans les cultures de l’Afrique

Jusqu’au 5 décembre // Musée du quai Branly (8e) // 7-10€, gratuit pour les moins de 26 ans // +d’infos

 

 

NAPOLEON

Autant admiré que controversé, Napoléon Bonaparte est un personnage complexe dont la vie oscille entre héroïsme et tragédie, victoire et défaite, avancées modernes et mesures régressives. A l’occasion du bicentenaire de sa mort, la Rmn – Grand Palais, La Villette et Re Re / Adonis proposent une exposition spectaculaire, dressant le portrait juste d’un personnage fascinant qui a façonné la France d’aujourd’hui. Car, connaître Napoléon, c’est comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Jusqu’au 19 décembre // Grande Halle de la Villette  // 15-20€ // +d’infos

 

JANVIER 2022

DAMIEN HIRST

« Les Cerisiers en Fleurs parlent de beauté, de vie et de mort. Elles sont excessives — presque vulgaires. (…) Elles sont ornementales mais peintes d’après nature. (…) Les Cerisiers en Fleurs sont tape à l’œil, désordonnées et fragiles, et grâces à elles, je me suis éloigné du minimalisme pour revenir avec enthousiasme à la spontanéité du geste pictural. » Damien Hirst

Jusqu’au 2 janvier // Fondation Cartier (14e) // 7-12€ – Gratuit moins de 13 ans ou -18 ans le mercredi uniquement//+d’infos

 

PICASSO – RODIN

Pour la première fois, le Musée Rodin et le Musée national Picasso-Paris s’unissent afin de présenter l’exposition-événement « Picasso-Rodin ». Ce partenariat exceptionnel entre deux grands musées monographiques offre un regard inédit sur ces artistes de génie qui ont ouvert la voie à la modernité dans l’art. Leurs chefs-d’œuvre sont présentés simultanément au sein des deux monuments historiques qui abritent ces musées nationaux. L’exposition invite à une relecture croisée des œuvres de Rodin (1840-1917) et Picasso (1881-1973), ces deux grands artistes ayant durablement bouleversés les pratiques artistiques de leur temps pour les générations à venir. Il ne s’agit pas de montrer ce que Picasso a emprunté à Rodin, mais plutôt d’examiner les convergences signifiantes qui apparaissent entre l’œuvre de Rodin et plusieurs périodes de la production de Picasso. Cette relecture croisée de leurs œuvres se décline en différents chapitres sur les deux lieux, au Musée Rodin d’une part à travers la crise de la représentation du début du XXe siècle, et au Musée Picasso d’autre part les processus créatifs des artistes. À des époques et dans des contextes différents, Rodin et Picasso participent à une articulation décisive de l’histoire et sans doute est-ce là une des clés de leurs similitudes. À leur façon, ils inventent un nouveau mode de représentation, expressionniste chez Rodin, cubiste chez Picasso.

Jusqu’au 2 janvier // Musée Picasso (3e) // 11-12,50€, gratuit pour les moins de 26 ans // +d’infos

 

DALI // GAUDI // THE LAST SENTINELS // EVERITHING en alternance

4 spectacles multimédias diffusés en alternance.

Jusqu’au 2 janvier // Atelier des lumières (11e) // entrées 9,5 – 14,5 € // +d’infos

 

FEVRIER

COLLECTION MOROZOV

La Fondation rouvrira ses portes le 22 septembre 2021 avec l’exposition La Collection Morozov. Icônes de l’art moderne.

Du 22 septembre 2021 au 22 février 2022, l’exposition événement réunira plus de 200 chefs-d’œuvre d’art moderne français et russe des frères moscovites Mikhaïl Abramovitch Morozov (1870-1903) et Ivan Abramovitch Morozov (1871-1921).

Présentée pour la première fois hors de Russie, La Collection Morozov rassemble des œuvres majeures de Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Renoir, Monet, Bonnard, Denis, Matisse, Derain et Picasso aux côtés d’artistes emblématiques de l’avant-garde russe tels que Vroubel, Malevitch, Répine, Larionov, Sérov.

Du 22 septembre jusqu’au 22 février // Fondation Louis Vuiton (16e) // entrées pour 5 à 16 € // +d’infos

 

 

PERMANENT (ne fini jamais!)

ROBOTS

Pour s’adapter à leur environnement, les robots doivent pouvoir capter, se déplacer, manipuler, communiquer. Cette capacité d’autonomie en fait des machines extraordinaires.
Qu’est-ce qu’un robot exactement ? Comment fonctionne cette machine si fascinante ? À quoi peut servir un robot ? Les robots vont-ils modifier notre quotidien ? Sommes-nous prêts à les accepter ?

La nouvelle exposition permanente « Robots », découpée en six grands moments muséographiques, vous permettra de saisir les enjeux de la robotique contemporaine, d’interagir avec de véritables robots et d’aborder les grandes questions liées à leur arrivée dans notre vie quotidienne.

Permanente // Cité des sciences (19e) // 9-12€ // +d’infos